Permaculture, agro-écologie : qu’est-ce ? Que faire ?


Un autre modèle de production alimentaire

En ces temps de crise alimentaire et où un certain modèle agricole vit ses derniers soubresauts, des alternatives portées par différents mouvements de pensée tels que la Permaculture et l’agro-écologie proposent un autre modèle de production et de consommation.

Une production locale et de saison

L’alimentation saine du consommateur nécessite un apport de fruits et légumes variés, non traités et de saison ; cela va de pair avec une agriculture biologique (voire naturelle), productive, locale et dans la limite du possible permettant une certaine autonomie pour l’agriculteur (système des AMAP).

Depuis les années cinquante une agriculture basée sur l’utilisation massive d’engrais et pesticides, une mécanisation et une obligation de volume de production ont entraîné un système économique et surtout écologique qui n’est plus viable mais qui survit grâce aux perfusions notoires des systèmes d’aide publique.

Depuis l’invention de l’agriculture par l’homme jamais elle n’aura était si peu rentable (en terme économique et écologique) et beaucoup trop dépendante d’intrants extérieurs (gazole, engrais et pesticides variés).

La proximité de cette agriculture avec les milieux de l’agro-alimentaire et de la grande distribution a imposé à toute la profession un système faisant la part belle aux gros exploitants en oubliant un savoir faire ancestral du travail de la terre.

En effet c’est bien l’enjeu de la permaculture et de l’agro-écologie que de faire comprendre à tous ceux qui font pousser des plantes ou élèvent des animaux que la terre n’est non pas seulement un substrat inerte destiné à recueillir des intrants mais qu’elle est bel et bien un être vivant que l’on doit nourrir et protéger pour accroître et pérenniser sa productivité.

L’agro-écologie :

Ayant pour objet la relation harmonieuse entre l’humain et la nature, l’ agro-écologie est à la fois une éthique de vie et une pratique agricole. Elle considère le respect de la terre nourricière et la souveraineté alimentaire des populations sur leurs territoires comme les bases essentielles à toute société équilibrée et durable. Approche globale, elle inspire toutes les sphères de l’organisation sociale : agriculture, éducation, santé, économie, aménagement du territoire…

Elle procure :

  • des avantages écologiques : fertilisation organique des sols ; optimisation de l’usage de l’eau ; respect et sauvegarde de la biodiversité ; lutte contre la désertification et l’érosion ;
  • des avantages économiques : alternative peu coûteuse ; économie du coût des intrants et du transport ; relocalisation de l’économie par la valorisation des ressources locales ;
  • des avantages sociaux : production d’une alimentation de qualité, garante de bonne santé ; autonomie alimentaire des individus et stabilisation des populations sur leurs terres ;
  • une revalorisation de la place des paysans dans les sociétés, création et renforcement des liens sociaux.

La Permaculture

Ce terme, créé par deux chercheurs australiens : Bill Mollison et David Holmgren dans les années 1970, est progressivement devenu synonyme d’une méthode de planification écologique “relationnelle” destinée à concevoir des systèmes stables, régénératifs et accumulatifs. L’accent est mis sur les “relations”, c’est-à-dire l’interconnexion des composantes de chaque “système” pour obtenir un ensemble harmonieux, productif, résilient (qui résiste aux chocs) et avec un bilan énergétique positif.

Une autre définition plus pragmatique est possible : un aménagement consciencieux du paysage qui imite les modèles trouvés dans la nature pour produire en abondance des fibres, de l’énergie et de la nourriture pour combler les besoins locaux.

Pour aller plus loin…

L’association Biodiva et ses partenaires organisent régulièrement des manifestations sur le thème de la Permaculture, n’hésitez pas à y participer.

Aller à la barre d’outils