Des fruitiers en ville !


Les arbres plantés en ville ne produisent pas de fruits

Depuis des décennies, les services municipaux et les entreprises privées qui plantent et renouvellent les plantations, ont pour consigne explicite de ne pas planter d’arbres fertiles. Ainsi voit-on de nos jours des allées entières de cerisiers à fleurs, de poiriers à fleurs, des ombrages de muriers stériles. L’argument des salissures engendrées par la chute des fruits ne tient pas puisque certains fruitiers méconnus sont plantés à conditions que leurs fruits ne soient pas connus ; par exemple L’Amélanchier du Canada connu pour sa belle floraison blanche produit autant de baies délicieuses que de fleurs, mais presque personne ne le sait, et seuls les oiseaux en profitent !

Il est temps que cela change, à l’heure ou notre président se rend compte (fait-il la vierge effarouchée ?) que notre souveraineté alimentaire est depuis longtemps détruite à cause des différents accords de libre échange et des concurences faussées par les inégalités sociales entre nos pays …

Nous devons prendre les choses en main : greffons les arbres des villes !

Un mouvement international prône une nouvelle forme de participation citoyenne (ou désobéissance civile selon le point de vue) : nous devons apprendre et réaliser des greffes de fruitiers sur les arbres d’ornement.

Pour cela il faudra bien sûr apprendre, mais c’est à la portée d’un enfant de primaire puisque c’était au programme des classes des écoles de campagne il y a un siècle !

Biodiva a déjà proposé des stages (gratuits) de greffage au printemps et continuera à le faire, mais des associations plus spécialisées dans les fruitiers le font de manière plus régulière : les croqueurs de pommes (du Rouergue pour l’Aveyron mais avec des antennes partout en France), variété locale 12 dans l’Aveyron et d’autres qui peuvent se signaler …

Liste des sites Internet d’associations fruitières :

Aller à la barre d’outils